Google+ RSS
Anglais Allemand France
écrire un article réagir imprimer envoyer

Annie Trouvé, infirmière en Californie

Annie Trouve, infirmière en Californie nous parle de son métier d’infirmière et du secteur de la santé aux Etats-Unis.

Quel a été votre premier contact avec les Etats-Unis ?

Je rêvais d’aller en Inde, en Afghanistan dans les années 70. Deux amis m’ont proposé d’aller aux Etats-Unis, ce qui était pour moi une destination un peu diabolique et sans intérêt mais je me suis laissée convaincre. J’ai eu un copain américain avec qui j’ai voyagé en moto dans 40 des Etats du pays.

Vous êtes aujourd’hui infirmière en Californie, quel a été votre parcours jusque là ?

J’ai d’abord été secrétaire en France. J’ai pu bénéficier d’un programme me permettant de suivre une formation d’infirmière tout en étant payée 80% de mon salaire pendant 3 ans. Comme je voyageais, je me suis dit que c’était un métier facile pour trouver un travail. Une fois infirmière, je suis partie aux Etats-Unis pour retrouver mon copain.

Y’a-t-il des examens particuliers à passer pour pratiquer en tant qu’infirmière aux Etats-Unis ?

Dans chaque Etat, vous devez passer un examen mais il est relativement simple. Ici, c’est celui du California Board of Registered Nursing. C’était des questions à choix multiples. Il existe des cours préparatoires mais ils étaient facultatifs pour les Français à l’époque. Ce qui m’a surpris, c’est que pour être infirmière dans mon hôpital, il est obligatoire de faire partie d’un syndicat !

Quelles sont les conditions de travail des infirmières aux Etats-Unis ?

C’est très variable selon les Etats. En Californie, dans les grandes villes, et grâce en particulier à la California Nurses Association, elles sont bien payées, environ 50 dollars de l’heure mais dans le Tennessee ou l’Alabama par exemple, c’est autour de15 à 20 dollars de l’heure. Certaines infirmières d’autres Etats viennent d’ailleurs travailler quelques mois en Californie pour gagner plus. En Californie, les infirmières ont un nombre de malades maximum, garanti par la loi, à ne pas dépasser ce qui permet des conditions de soins optimales. Le problème, c’est la moyenne d’âge qui est de 49 ans pour les infirmières ici et qui risque de créer une situation de crise avec le vieillissement des “baby boomers” et aussi le nombre accru de personnes jeunes souffrant de diabète et de maladies cardio-vasculaires à cause de la mauvaise alimentation et du manque d’exercice.

Quel est votre regard sur le secteur de la santé aux Etats-Unis en tant qu’infirmière ?

C’est un business ici. Tous les soins sont imputés au client avec l’utilisation notamment de codes barres pour faire payer directement le matériel utilisé au patient. Vous accouchez d’un bébé et vous avez droit à 22h d’hospitalisation ! Il n’y a pas de période de convalescence dans les hôpitaux . De ce fait, les malades sont très malades puisqu’ils restent juste un minimum de temps. Le malade n’est plus un patient mais un client et il a toujours raison. Dans mon hôpital, à la fin d’une intervention pour un soin, nous devons toujours dire « Can I do something for you ? » et il a été question de rajouter un « I have time » ainsi que “Merci de me laisser prendre soin de vous”, tel que cela figurait dans les règles de bonne conduite de l’hôpital.

Les Américains sont souvent enclins à lancer des procédures juridiques, avez-vous été concernée?

Cela reste confidentiel dans l’hôpital. Néanmoins, à cause de ce risque de procès, il faut tout documenter ce que l’on fait. Cela prend un temps énorme que l’on préfèrerait passer auprès du malade.

Quelles tendances percevez-vous au quotidien dans l’hôpital ?

Les docteurs ont de moins en moins de temps et les infirmières de plus en plus de responsabilités. Le coût des médicaments est exorbitant La bureaucratie est énorme. Par exemple, pour l’admission d’un malade, il faut remplir une dizaine de papiers. Et bien entendu, les frais de santé sont de plus en plus élevés.

Qu’est-ce que vous aimez chez les Américains ?

Pour les Californiens, ils sont très ouverts et sympas avec les Français. Je n’ai jamais eu de réactions négatives du fait d’être française, au contraire.

Quels conseils donneriez vous à un jeune Français qui souhaite travailler aux USA en tant qu'infirmier/ère ?

Un(e) infirmier(e) française qui veut travailler en Californie devrait se renseigner auprès du California Board of Registered Nursing . La plupart des infirmières étrangères viennent ici avec l’aide d’une société d’interim internationale, qui les aide à obtenir un permis de travail temporaire, pour des contrats de plusieurs mois. Elles sont souvent logées et ont parfois une voiture à disposition mais le salaire s’en ressent. Ainsi que, dans une certaine mesure, les conditions de travail. Pour les postes fixes, dans mon hôpital, on a droit à 2 semaines de congés payés les 5 premières années… Mais je pense que, pour une période relativement courte, c’est une expérience intéressante qui permet de visiter un pays qui a, entre autres, des paysages naturels grandioses.

Pour contacter Annie

Entretien réalisé en juin 2007

Ecrire un commentaire

écrire un article réagir imprimer envoyer